Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Ressources
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Ressources
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Ressources
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023
Ressources
Article

T’as l’air heureux !  — Bienvenue en Happycratie

Aujourd’hui, être joyeux·se, serein·e, satisfait·e et l’afficher est devenu culturellement branché. Plus on a l’air heureux, plus on est dans l’air du temps. Telle est la philosophie du développement personnel, mouvement de pensée positive lancé dans les années 90 et actuellement très florissant. L’épidémie du COVID a par ailleurs renforcé ce prisme en ajoutant à l’obsession du bonheur celle de la bonne santé : il faut rayonner, aussi bien par nos pensées que par notre état de santé. La positivité en toute circonstance, n’est-ce pas finalement une injonction plus qu’une liberté ?

26
October
2023

Un article rédigé par Solange Favre pour minds

Du bonheur partout

Nous sommes toutes et tous porteur·euses d’une mission de vie qui nous est propre, de ressources uniques, qu’il nous revient de trouver pour aspirer au bonheur. C’est en tout cas le message que véhicule le développement personnel, en se centrant sur l’individu et la recherche de son bonheur. L’idée est que nous disposons chacun·e d’un potentiel d’épanouissement absolu, dont nous seul·es détenons les clés. Le bonheur serait donc le fruit de notre seule responsabilité individuelle? En apprenant à cultiver pensées positives, auto-affirmations valorisantes, et citations inspirantes, nous pourrions toutes et tous atteindre la réussite professionnelle, sociale et relationnelle.

La sociologue Eva Illouz explique que le développement personnel espère ainsi « rééduquer la population en une population heureuse » (1) et faire de cet état, une norme. Mais peut-on vraiment nous auto-conditionner au bonheur permanent ?

Souffrir, c’est normal !

Une étude réalisée en milieu professionnel montre que devoir être souriant, entre collègues ou avec les client·es, pousse les salarié·es à créer un écart artificiel entre la sérénité qu’on leur demande d’afficher et ce qu’ils et elles éprouvent réellement. Cette tendance à l’optimisme ne se limite pas au milieu du travail. Elle s’exprime de façon plus générale dans différents contextes. Quid de la souffrance ? Elle a beau être douloureuse, elle fait partie de la vie, et chercher à l’éradiquer ou à l’anesthésier peut s’avérer néfaste.

Cette « hiérarchie émotionnelle » (1) où toute forme de souffrance est proscrite, représente davantage un poids qu’une liberté. Nous considérer comme seul·es maîtres de notre bonheur revient à nous accuser ; nous responsabiliser de nos échecs et difficultés. Si on pose le bonheur comme norme ultime, être stressé·e ou déprimé·e devient inquiétant, voire pathologique. La souffrance devient alors source de nouvelles émotions négatives plus complexes, comme la honte. Nous ne finissons donc pas heureux·ses et libres, mais coupé·es du droit à la souffrance.

Le bonheur, une affaire individuelle?

« Voir la vie du bon côté » n’est ni toujours possible, ni toujours souhaitable. Le psychologue Jacques Lecomte, qui s’est beaucoup intéressé aux bienfaits de la psychologie positive, explique que le prisme de la pensée positive est à nuancer.

« Dans certaines situations, la pensée négative permet de réaliser des estimations plus justes, plus exactes, ce qui peut avoir des conséquences importantes » (3). Considérer notre pensée comme l’unique cause de notre état émotionnel, c’est aussi « délaisser […] l’influence des conditions d’existence. » (4)

Comme nous l’expliquons dans notre dossier “C’est pas que dans la tête!”, notre santé mentale est influencée par de nombreux facteurs internes comme notre capacité de gestion des émotions, nos compétences relationnelles ou encore notre genre. Mais elle est aussi et surtout influencée par de multiples facteurs externes comme notre environnement économique, social et culturel, notre tissu relationnel ou le contexte sociétal dans lequel nous évoluons. Des facteurs externes sur lesquels nous n’avons que peu de contrôle. Nous ne pouvons donc pas agir sur toutes les causes de nos émotions, mais seulement apprendre à les gérer.

Ni bonnes, ni mauvaises, nos émotions sont utiles

On ne peut donc ni être formaté·e au bonheur permanent, ni fuir la souffrance, puisqu’elle fait partie des composantes de notre vie. Nous sommes en permanence habité·es par des émotions, qui se succèdent et fluctuent plus ou moins intensément selon notre personnalité et les circonstances de la vie. Notre état émotionnel est donc variable. Nos émotions constituent un spectre naturel, où toutes ont leur place, qu’elles soient positives ou négatives. Ou plutôt devrait-on dire agréables ou désagréables, car en réalité, aucune émotion n’est vraiment négative… ou inutile.

Dans notre dossier Qui est normal.e ? nous expliquons qu’on ne peut pas supprimer nos émotions négatives, mais qu’on peut les considérer comme un état passager à laisser vivre et s’envoler à son rythme, au même titre que n’importe quelle émotion. Pour en diminuer l’effet nocif, elles doivent être accueillies et exprimées sans jugements. Des études ont d’ailleurs montré que pour prévenir le stress post-traumatique chez des rescapés d’un accident aérien, il fallait les autoriser à exprimer leurs angoisses!

La souffrance humaine n’est donc ni une tare honteuse, ni une entrave totale au bonheur. Elle est le fruit de causes multiples. C’est un état passager avec lequel nous pouvons nous réconcilier. S’autoriser à souffrir, c’est aussi s’autoriser à s’exprimer, de la même manière que l’on exprime spontanément sa joie ou sa surprise!

Partager la ressource

Où trouver de l’aide en cas de besoin?

On peut bien sûr parler à son entourage plus ou moins proche (famille, ami·es, collègues), ou avec un·e professionnel·le (psychologue, médecin). Différentes structures proposent également un soutien immédiat, ponctuel et gratuit par téléphone.

Sur le même thème

Blog title heading will go here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros.
Podcast
11 Jan 2022
5 min read

Webinaire – Quels sont les comportements qui nous font vraiment du bien ?

Le 15 mars dernier, à l’occasion de la journée de la santé mentale positive, Dre Andrea Pereira, responsable scientifique chez minds, animait le webinaire “Agir pour ma santé mentale” aux côtés du Dr. Thomas Cantaloup, médecin psychiatre et entrepreneur.
Vidéo
26
January
2024
min de lecture

Agir pour ma santé mentale - un projet innovant

Nous savons aujourd’hui prendre soin de notre santé physique (éviter de fumer, bouger, manger sainement, etc.). Mais pouvons-nous en dire autant de notre santé mentale ? Minds travaille actuellement sur un projet de prévention unique en Suisse, basé sur les sciences comportementales. Notre objectif est de créer un dispositif unique qui permettra aux personnes de découvrir tout ce qui peut améliorer leur santé mentale au quotidien, en faisant des exercices à leur rythme ! C’est donc un projet de prévention qui vise à redonner du pouvoir d’agir aux individus !
Infographie
26
January
2024
min de lecture

Guide des activités pour prendre soin de sa santé mentale à Onex

L’association genevoise minds s’associe à la Ville d’Onex et publie un guide pour prendre soin de sa santé mentale au quotidien, grâce à des activités pour tous les goûts, tous les publics, et toutes les bourses. Basé sur les messages et visuels de la campagne latine santépsy, ce guide a pour objectif de faire le lien entre les conseils de promotion de la santé mentale et les prestations de proximité.
Brochure
26
January
2024
min de lecture

Mindfulness: on fait le point en pleine conscience !

Mindfulness ou pleine conscience en français, qui n’a jamais entendu ces mots prononcés, souvent sous forme de conseil: “Tu es stressé·e ? Tu devrais essayer la mindfulness”, “Vous souffrez d’anxiété ? Nous vous recommandons de tester la méditation de pleine conscience”. Mais c’est quoi au juste la pleine conscience ? Et surtout, qu’en dit la science ? Dans cet article, halte aux idées reçues !
Article
01
October
2023
min de lecture

Comment écouter ?

Comment écouter véritablement ? Et pourquoi parler d’écoute? Parce que si encourager à parler de ce qui ne va pas est un leitmotiv de la promotion de la santé mentale, il n’est pas toujours évident de trouver, de l’autre côté, une véritable écoute. Qu’elle semble anodine, ou qu’on la croie réservée aux psys, l’écoute doit être une vraie rencontre, ce qui n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Pour cet article, minds s’associe à La Main Tendue, dont l’écoute est le métier, pour vous parler de l’importance de l’écoute, mais aussi vous donner quelques conseils pour mieux écouter.
Article
20
December
2023
min de lecture

66 façons de bouger pour votre santé mentale

On s’en doutait, mais une récente étude du journal scientifique The Lancet, réalisée sur plus d’1 million de personnes, démontre que l’activité physique est bénéfique à la santé mentale. Il suffit de trouver un moyen de bouger, de manière modérée mais régulière, pour observer des résultats positifs: hausse de l’estime de soi, réduction de l’anxiété, diminution du stress, amélioration de l’humeur et même prévention contre certaines maladies chroniques.
Article
16
November
2023
min de lecture

Les comportements promoteurs d'une bonne santé mentale - synthèse de la littérature

L’Observatoire de minds est l’organe scientifique de l’association. Il garantit les fondements scientifiques des activités de minds et mobilise les sciences comportementales dans le cadre du développement et de l’évaluation des activités de promotion de la santé mentale. "Les comportements promoteurs d'une bonne santé mentale" sont une synthèse de la littérature scientifique sur le sujet.
Publication
26
October
2023
min de lecture